Dim 31/07/2022,  Lac Pormenaz, une sentinelle dans un écrin de verdure

Lac de Pormenaz et refuge de Moëde d'Anterne

Il est 8h45 quand les 4 randonneuses prennent le départ de la randonnée au parking de Plaine Joux.

 

Dés les premiers pas, le cadre est magnifique. L’homme y a posé son empreinte. Une immense conque de bronze doré nous interpelle. Cette œuvre de Joan GARDY ARTIGAS (1973),  «La Porte Bleue» sur fond de cimes,«est un écho à la montagne et à ses habitants, symbolisant un cri dans l’espace : un jour qui dit, il y aura exagérément de bleu dû au déséquilibre des forces. Au passage de l’oiseau éclair, l’acier dans ses moindres défauts ne retiendra que des lacs d’azur”… 

 

Sous cette bonne augure, nous pouvons démarrer...

 

 

Nous prenons la route, direction plein OUEST, par le chemin des Parchets. Quelques 400 m plus loin, nous nous engageons dans le sentier de droite et traversons les cabanes du Mont Blanc. Avis aux amateurs, il y a là la possibilité de dormir dans la canopée et de quoi retrouver son âme de David Crockett.

 

 

Le sentier en sous bois nous conduit au dessus du lac vert, encore bien tranquille à cette heure matinale. Le chemin monte tranquillement et nous offre de magnifiques points de vue sur la chaîne du Mont Blanc.

 

A partir des chalets d’Ayères du Milieu, le versant EST s’ouvre et, aux Chalets du Souay, la vue sur les FIZ est splendide. Belle opportunité à 09h30, pour une pause grignotis de 10 mn.

 

Nous nous dirigeons ensuite vers le lit du Souay que nous traversons. Nous prenons de la hauteur le long du flanc des Argentières. La montée se fait dans un sentier empierré en parfait état : on lève les genoux !! Un coup d’œil sur nos pas: le hameau d’Ayères des Pierrières que l’on longerons au retour, est bien visible en hauteur sur le plateau opposé. A 1782m, nous laissons la bifurcation de la Chorde et poursuivons tout droit. Le sentier est plus étroit mais bien sécurisé (câbles, marches). L’espace s’ouvre au même rythme que notre progression. Nous remontons le lit du Souay et nous rapprochons de son niveau, pour l’atteindre à 1834m. Le sentier part alors sur notre droite, et via des lacets successifs et 100 m de dénivelé, nous arrivons sur un plateau humide. Nous prenons à droite en direction du lac. 

 

 

Quelques minutes plus tard, nous voilà au cœur d’une féerie de tons verts, parfaitement mise en valeur par le contraste de la roche noire de  Pormenaz, le bleu du ciel et la blancheur des Fiz. La végétation sublime ce décor. Les joncs, plus ou moins recouverts par l’eau, finissent leur cycle en tapis de surface, donnant aux rives une note de jardin zen. Ici la beauté se conjugue au naturel. Même les linaigrettes finissent par en être décoiffées !  

 

Mais le savez-vous ? Cette beauté est sous surveillance ! Tout comme les lacs d’Anterne, du Brévent, Jovet, Cornu, Pormenaz fait partie du programme Lacs sentinelles, sous la responsabilité de l’association ASTERS Conservation des Espace Naturels de Hte Savoie. Ce programme vise à surveiller l’état des lacs d’altitude, face aux impacts climatiques et humains (apport d’éléments perturbateurs comme la crème solaire en cas de baignade). Lors de notre reconnaissance, l’équipe d’ASTERS était présente et relevait des données. A 2m de profondeur, la température était de 22° …  Pour en savoir plus sur les lacs sentinelles :  https://www.lacs-sentinelles.org/

 

 

Remplies de cette quiétude lacustre, nous revenons sur nos pas pour prendre maintenant la direction du refuge de Moëde d’Anterne . Sur notre gauche, nous bénéficions d’une vue complète sur les FIZ et sur notre droite, le camaïeu de vert des zones humides est toujours aussi séduisant. 

 

 

Nous approchons du Laouchet, petit lac dont la beauté n’a rien à envier à celle de son grand frère, quand un technicien du décor se met à nous taquiner : plus nous avançons et plus il tire l’écran du dernier plan. C’est tout d’abord le Brévent qu’il nous dévoile, puis l’Aiguille Verte, celle du Dru, de Leschaux. Nous nous prenons au jeu, et  les Waouh, et les arrêts contempla-photographiques s’enchaînent. Nous progressons, la fenêtre se déplace : les Grandes Jorasses, la Dent du Géant, l’Aiguille du Midi… Quelle vue magnifique ! Quelques pas encore et voilà le bouquet final : Le Mont Blanc du Tacut, le Mont Maudit (pourquoi Maudit d’ailleurs ?) et the Mont Blanc.. qui  n’a pas de couvre chef aujourd’hui. Le Gouter se montre en dernier. Quel paysage, sur 3 profondeurs... WONDERFULL !

 

Notre jeu nous a conduites au refuge ; il est 11h50, l’heure d’un pique nique panoramique à 2002 m, qui se terminera par un petit café au refuge, histoire de faire marcher le commerce et de discuter avec les locaux bien sympathiques…

13h00, sacs sur le dos, nous montons les quelques mètres direction du Nord Est, laissons le GR5 qui conduit au col d’Anterne, et nous nous engageons à gauche sur le GRP Tour du Mont Blanc pour amorcer le retour. Un dernier regard sur le refuge s’impose…

 

Pourrait-on se douter qu’il y a quelques décennies, une route était projetée (classée en voirie départementale) partant de Chamonix, grimpant au col du Brévent puis ralliant le col d’Anterne pour rejoindre Sixt ? C’était l’époque incroyable où tous les aménagements routiers semblaient possibles –et souhaitables. Dans des cartons désormais archivés, se trouvent les projets les plus fous comme celui-ci (ou encore une route au col de Voza, une autre au col de Balme, une en balcon de Merlet au col des Montets, une autre encore au col du Bonhomme).

 

La marche du retour se fait tranquillement.

 

Sur notre droite, les FIZ, majestueuses, imposantes, lumineuses, rayonnent de splendeur. La pointe d’Anterne d’abord (2733 m), puis la Tête à l’Ane, la Tête de Charbonnière et la pointe de Salles. Les différentes strates géologiques sont parfaitement visibles : partant de l’urgonien au sommet puis finir par un socle cristallin au niveau du ravin du Souay.  Le décor que nous traversons est parsemé de blocs rocheux, qui un jour, ont fait partie intégrante de ces impressionnantes falaises. Certains sont devenus célèbres, comme la Pierre à  l’Ours à 1877m.

 

 

Nous dominons, sur notre gauche, le ravin du Souay et pouvons donc facilement observer la montagne de Pormenaz, qui pour la petite histoire, a fait dans les années 1750, l’objet d’exploitation minière pour les argiles sombres (ardoises) mais tient maintenant le rôle parfait d'un bel alpage pour moutons. Nous identifions tous les sentiers qui conduisent sur l’alpage : la chorde, les argentières, ceux qui conduisent au Laouchet.

 

 

Nous arrivons au hameau d’Ayeres des Rocs qui porte bien son nom. Les constructions font honneur à la pierre locale. C’est maintenant le Dérochoir qui attire notre attention sur la droite. Après la verticalité des FIZ, voici un relief un peu dantesque avec pierriers, éboulis et blocs gisant au pied de l’enclave rocheuse. Ce relief résulte d’un énorme éboulement en août 1781, qui produisit, comme le dit l’histoire, «un fracas épouvantable, répandant frayeur chez les paysans et  poussière blanche sur 25 km à la ronde »… Nous cherchons à identifier la pointe, la brèche,.. Nous progressons vers Barmus, la vue est complète et une table d’orientation arrive pile poil sur notre chemin pour répondre à nos questions… 

 

Nous poursuivons par un raccourci en sous-bois sur un sol brun et moelleux comme un gâteau au chocolat cuit à point, et nous voilà rapidement au parking.

 

Données techniques :

Dénivelé +/- 899m, distance 14.7 km, tps de marche : 5h00

IBP 108, T3, R4

 

 

Nous prenons le traditionnel pot rafraîchissant à l’abri des foules et comme prévu, pour rester dans la contemplation, partons vers une autre forme de beauté prévue au programme, la version « art moderne »…

 

 

L’Eglise Notre Dame de Toute Grace à Passy

En 2004, l’église est classée au titre des Monuments historiques et labellisée Patrimoine du XXème siècle. A notre arrivée, une étudiante de l’école des Musée nous propose une visite guidée et nous expose le contexte de la création de cette église et l’histoire des œuvres d’art présentes ici (et bien décalées à l’époque), créées spécialement par des artistes de tout horizon : Rouault, Bonnard, Lurçat, Matisse, Braque, Léger, Chagall… Un lieu remarquable, autant du point de vue architectural qu’artistique.

 

 

Merci à mes compagnes pour cette agréable journée riche en curiosités et en beauté ; et aux animateurs (tutrice et collègues) pour leurs aides et infos sur cette randonnée que l’on classera sous l’étiquette FABULEUSE (ceci n’engageant que l’auteur bien sur) !!

 

 

Myriam, animatrice en formation

Risque Avalanche

BERA -->

Recherche sur le site

      RANDONNÉES            

Renseignements, inscriptions:

 eMail: randosavoy@gmail.com

 Les randonnées sont organisées les mardi, jeudi et dimanche.

 

Attention la randonnée peut être annulée la veille pour mauvaise conditions météo 

INFOS MARCHE NORDIQUE

Onglet Marche Nordique

 PROCHAINES RANDONNÉES

 

 

  

Jeudi 29 septembre

Annulée

 

   

Jeudi 29 septembre Rando Douce

Annulée

 

 

Dimanche 2 octobre

en attente

 

  

Mardi 4 octobre

Refuge de Gramusset

(Grand Bornand)

P:Ste B.  8h30

 Den: 490  M

En savoir plus: Cliquer sur l'image